Share artice.

Article - Signé Stéphane – Le nouveau McSorley

Il y a exactement 20 ans, Chris McSorley débarquait en Suisse pour prendre les commandes du GSHC. Détesté pendant longtemps pour ses méthodes et ses frasques derrière le banc, il est aujourd’hui un homme de hockey respecté et acclamé. Mais qui est le « nouveau » McSorley ?

« Ses méthodes de bourrin nord-américaines ne marcheront jamais en Suisse », disait-on lors de son arrivée au début du siècle. On parlait bien sûr du climat d’insécurité et de peur qu’il avait instauré autour du vestiaire des Vernets. De ses costumes trois pièces ou de son comportement insupportable avec les arbitres. La liste est encore longue.

Même les fans de Genève avaient des doutes sur lui ainsi que le groupe étranger Anschutz qui l’avait amené de Londres. « Ça va finir par péter, il vont repartir et le club va se retrouver dans la merde », prédisaient les prophètes de malheur. Une rengaine qui prouve que la nouveauté effraie et attire la critique facile. Qu’il faut parfois du temps pour instaurer un changement de culture.

​​​​​​​La presse et la ligue

Sous sa houlette, la presse s’en donnait à cœur joie chaque fois qu’il y avait des débordements sur la glace ou en coulisse. C’était toujours la faute à « MAC Sorley », cet ancien « goon » des ligues mineures américaines. Une époque dont seuls les plus anciens se souviennent. Ceux qui n’en sont pas à leur premier rodéo.

Je ne compte d’ailleurs plus les médias qui m’ont interrogé sur son comportement à cette époque-là. Des journalistes qui souhaitaient m’arracher, en tant qu’arbitre, un commentaire pour prouver à quel point il était « horrible ». La bonne vieille méthode du témoignage médiatique qui apporte toutes les preuves aux suspicions.

Je me souviens aussi des fois où les préfets de discipline m’appelaient le lendemain d’un match pour réclamer un rapport. « Nous n’avons pas reçu ton rapport sur le comportement de McSorley hier soir », me disaient-ils. Des demandes basées sur ce qu’ils avaient vu à la télévision ou sur des faits rapportés par les club adverses.

J’ai toujours refusé d’entrer en matière sur la fabrication de rapports sur des événements que je pouvais gérer moi-même. Ce qui m’a valu le titre de « copain canadien de Chris McSorley » pendant des années. À un point tel que j’ai été « oublié » des séries de playoffs impliquant le GSHC à quelques occasions.

Titre du meilleur coach

Difficile de dire si on le détestait pour ses manières discutables ou parce qu’il était en train de remonter un vrai club de hockey dans la plus « française » des villes romandes. Même si Chris n’a jamais prononcé un seul mot français en public. Une des seules critiques qui résistent au temps.  

N’empêche que Chris a non seulement assuré la promotion à sa première saison, mais il a terminé au sixième rang de LNA en 2002-2003, ce qui lui a valu le titre de coach de l’année. Un véritable crève-cœur pour ses nombreux dénigreurs de l’époque.

Mais cela est loin d’avoir ralenti leur cabale contre lui. Car son club commençait sérieusement à déranger en coulisse en offrant de très bonnes conditions et des salaires intéressants aux joueurs. Certains lui reprochait même de faire de la… surenchère ! Un terme qui est toujours en vogue aujourd’hui.

Car il s’agit souvent d’une accusation à l’encontre d’un club en pleine expansion lorsque la suprématie des ténors est menacée. Comme une sorte de bizutage avant de passer du côté de ceux qui peuvent se permettre d’investir de grosses sommes sur des joueurs sans être désignés comme responsables de l’inflation des salaires.

Chris McSorley

Chris n’a pas changé

Pendant une bonne dizaine d’années, le propriétaire et directeur sportif fut décrié parce qu’il défendait ardemment son club. Parce qu’il dénonçait certaines alliances et critiquait ouvertement les décisions de la ligue. Parce qu’il bousculait la hiérarchie établie d’une ligue à deux vitesses.

Il fut l’un des premier à créer le scandale en échangeant des joueurs et en poussant cavalièrement des éléments vers la sortie. Il mettait aussi beaucoup de pression sur ses étrangers et ses leaders suisses. « Il fallait être solide dans la tête pour jouer à Genève », confiait un ancien étranger.

Mais le temps a fait son œuvre. Et les critiques envers McSorley se sont grandement amenuisées à la suite de ses deux finales. Pourtant, même s’il s’est acclimaté à la mentalité du pays, ceux qui parlent régulièrement de Chris savent que peu de choses le retiennent lorsqu’arrive le temps de mener à bien ses projets. Sauf qu’aujourd’hui, au lieu de décrier ses méthodes, on l’acclame. Même les dénonciations publiques d’anciens joueurs sur ses méthodes harassantes ne font plus recettes. C’est dire à quel point les regards sur lui ont changé au fil des années.

Le nouveau McSorley

Avec un peu de recul, en regardant ses manières controversées de bousculer l’ordre établi et en dressant la liste des accusations à son endroit, il est permis de tirer certains parallèles entre les débuts en Suisse de Petr Svoboda et ceux de l’ancien boss de Genève-Servette.

Deux hommes forts et ambitieux soutenus par de riches investisseurs. Deux caractères bien trempés venus de loin avec leurs méthodes « différentes ». Deux personnages qui connaissent parfaitement le milieu du hockey et pour qui le « combien » est inexorablement plus important que le « comment ».

Et si le nouveau Chris McSorley du hockey suisse s’appelait Petr Svoboda ?

Bonne semaine à tous !
Stéphane